Entre la Science-Fiction et le Fantastique un autre monde...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rêver à grande échelle ? |libre|

Aller en bas 
AuteurMessage
Milo

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 24
Localisation : Devant mon écran :B

MessageSujet: Rêver à grande échelle ? |libre|   Lun 12 Avr - 17:48

    Elle ne rêvait pas souvent. A vrai dire, elle devait bien penser à des trucs, inconsciemment, se les projeter dans son sommeil, mais elle ne s'en souvenait jamais, le matin venu.

    Elle en était donc arrivé à la conclusion qu'elle ne rêvait jamais. Ou, tout du moins, pas souvent.

    Le rêve, c'était le lot de chacun, son petit paquetage personnel, ce truc dont on ne pouvait se défaire, ce truc qui nous caractérisait et décrivait notre être avec un soucis du juste qu'on pouvait considérer comme franchement étonnant, venant d'un truc aussi abstrait. Comme quoi le cerveau était malgré tout quelque chose de grandiose. Quelque chose dont on ne pouvait cerner l'entière nature. La preuve était qu'elle ne rêvait jamais, enfin, qu'elle en était arrivé à penser cela. Sans doute que son petit côté adepte à la douleur se faisait laminer par son instinct de survie. Sans doute que ce qui hantait ses songes avait de sales allures de cauchemars, une dégaine peut-être même trop horrible pour elle. Sans doute qu'elle se protégeait elle-même. Quelle ironie. Elle qui se méprisait tant. Faible chose.
    Et pourtant, cette nuit, oui, cette nuit-là, il semblait que quelque chose ait décidé de se produire. Elle s'était endormi relativement tôt, trop épuisé par quelque chose dont elle ignorait la nature - voilà que Milo l'insomniaque s'écroulait comme une souche à peine sa couchette atteinte, là, tout au fond de la baraque, comme quoi quelque chose ne tournait pas ou plus rond, comme quoi bientôt les souris auraient des ailes et les oiseaux ramperaient comme des merdes par terre en priant pour qu'on ne les voie pas. Le soleil n'avait même pas disparu qu'elle avait plongé dans un noir abyssal et opaque. Ce noir qui habitait ses nuits.
    Et elle avait rêvé.

    Ca l'avait agité pendant un bon moment. Maintenant, elle ne se souvenait plus de ce qu'il s'était passé, exactement. Elle s'était juste retourné, retourné encore, comme un steak dont on peaufine la cuisson sur le grill, elle avait sans doute parlé, légèrement - heureusement pour elle son esquisse de chambre était protégée par une sorte de rideau un peu miteux de la masse humaine pour qu'on fasse attention à la sombre silhouette qu'elle représentait, là-bas -, peut-être même crié, un peu. Elle avait tout su, tout vu, elle avait perçu ce qu'il se passait. Elle avait rêvé. Et puis, alors qu'elle contorsionnait sa frêle carcasse pour la énième fois, dans un soubresaut angoissé, elle avait heurté l'étagère sur la soupente, dure, coupante, avec sa tête. La douleur l'avait arraché aux griffes acérées de Morphées. Et, pour la première fois depuis bien des lustres, Milo la jeune fille angoissée s'était réveillé en sursaut. Légèrement haletante, elle avait tout oublié. Comme à chaque fois. Sauf que cette nuit-là, elle était parfaitement consciente d'avoir vécu quelque chose, là, tout au fond d'elle-même. Mais elle ne s'en souvenait pas. Elle s'était juste senti étonnamment... triste. Triste comme elle ne l'avait pas été depuis quelques années déjà.
    Encore petite fille, Milo avait rêvé, très souvent. Et s'était rappelé, la majorité du temps. A croire que le fait de se taper l'autre pervers pédophile qui se prétendait son père au quotidien ne lui semblait pas suffisant. Elle devait aussi endurer ses brimades jusque dans ses plus profonds retranchements. Au fond d'elle.
    Aujourd'hui, Milo ne rêvait plus, ou au moins, ne se souvenait plus.
    Jusqu'à maintenant.

    Sachant pertinemment qu'elle ne parviendrait pas à se rendormir rapidement et ce même si elle était toujours aussi crevé qu'un ballon de baudruche chauffé à blanc, crevant de chaud sous écharpes, pull et épaisseur de couverture draconienne, assoiffée comme une entrecôte servie à point, elle s'était discrètement extirpé de son antre et avait décampé loin, bien loin du baraquement de son équipe de Mutants où roupillaient les âmes en peine. Quittant là cette troupe qu'elle était supposée chérir comme la prunelle de ses yeux - dans les faits, elle était strictement incapable de dire si elle arrivait à éprouver de l'affection pour ce tas de chair ambulant... mais après tout, elle était, et resterait à jamais, Milo, cette peut-être cliché sur pied qu'on aimait tant -, et se dirigeant vers l'abreuvoir le plus proche. Non, pas les fontaines automatiques de la petite maison. Elle préférait quand même éviter de boire ce truc bizarre et brun qui sortait du robinet et optait donc pour la solution diluée à l'eau. Au pas de course - ce qui ne lui arrivait pas souvent mais qu'elle maîtrisait plutôt bien, elle, preux chevalier au féminin à la cape de ténèbres qui filait sous le vent telle une flèche... d'argent - et faisant preuve d'une souplesse insoupçonnée - oui, Squelette pouvait parfois ressembler à un individu normal et ses os ne craquaient pas à chaque enjambée qu'elle faisait -, elle avait rallié la rivière qui bordait son Camp en une poignée de minutes. Par miracle, son attirail laineux avait eu pitié d'elle et n'avait joué ni la carte de la strangulation, ni celle de la fugue aérienne. Elle s'était arrêtée au bord de la flotte, là où le courant était absent car le sable trop haut. Ses doigts fins et squelettiques jouèrent un instant dans l'eau froide, puis elle trempa ses mains en entier afin de remonter l'eau jusqu'à ses lèvres, elle avait enchaîné gorgée sur gorgée jusqu'à ce que son cou la brûle. Jusqu'à ce que son petit estomac atrophié par la diète la supplie de se stopper. Ragaillardie et se sentant un peu mieux, découvrant tout à coup qu'en fait il faisait assez froid et remerciant finalement son pull en laine accroché à la taille, de ne pas s'être fait la malle durant sa course, elle avait décidé de rester dans les parages. Une petite promenade nocturne en tête à tête avec elle-même et le chant de l'eau qui court sur les galets ne pouvait que lui être bénéfique dans le cadre d'une petite remise au point. Elle s'était exécuté.

    Et suivant la rivière, elle découvrit une grande tranchée abandonnée. Sans plus hésiter, elle s'y était engouffrée à la recherche d'une quelconque chose qui ne servirait probablement qu'à tromper son ennui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rêver à grande échelle ? |libre|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Minecraft: dans un monde infini, le "graphisme" à grande échelle
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Balade à grande vitesse [Libre]
» (F/libre) Ariana Grande - Une petite peste
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marche ou meurt... :: Les Environs :: Trancher de guerre abandonner-
Sauter vers: